Est-ce que l’or va monter ?

Il semble que toutes les conditions d’une hausse spectaculaire de l’or… et le contraire se produit en ce moment. Qu’est-ce qui est causé et l’or doit être oublié à jamais ?

L’or ne fait la une qu’après avoir beaucoup grimpé. Pour ne rien corriger, les grands médias français commentent le prix d’une once uniquement en dollars. Tout cela est dommage, car pour mieux comprendre les brins du prix de ce métal, il est tout aussi intéressant d’analyser sa période de déclin.

A lire en complément : Quel métier avec Licence Economie Gestion ?

Prix de l’or en euros : retour au cours des 13 derniers mois

La dernière fois que j’ai commenté le cours de l’or dans ces colonnes, nous étions en février 2020. Le prix du métal jaune libellé en euros vient de dépasser la nouvelle résistance (zone de 1 387 à 1 414€), ce qui lui a permis d’atteindre un nouveau record historique de 1 436 euros l’once.

Depuis, l’or a parcouru de nombreux chemins…

A lire également : Comment on fixe le taux de change ?

Il a d’abord poursuivi son élan pour atteindre un nouveau sommet historique le 7 août 2020 à 1743,82€ l’once. Après cette date, son histoire de batterie a été ponctuée de quelques rebonds. Après la reddition entre le 9 et le 30 novembre, un creux de 1 469 euros a été atteint, mais il n’a été que temporaire.

Après un rebond subséquent, le prix est tombé à un autre plus bas, à 1 420,20€ l’once le 4 mars, enregistrant une baisse de 18,5 % par rapport à son plus haut niveau le 7 août 2020. Tarif du 26 mars fermé la semaine à 1 469€.

**

Il y a au moins deux façons de voir les choses.

Un verre à moitié vide, avant tout. Les cours de l’or ont chuté de 15,7 % depuis leur sommet en août dernier, et pour l’instant, chaque résultat de rebond a entraîné un nouveau plus bas.

Puis vient la ronde de verre à moitié pleine : le prix de l’or a certainement encore baissé de 15,7 % depuis le pic historique et de 6,1% depuis le début de l’année…

**

… mais en revenant d’une performance exceptionnelle de deux ans qui a mené à un nouveau sommet historique le 7 août 2020 d’une valeur de 1 743,82 euros l’once, avec une performance annuelle moyenne de 9 % depuis 2006.

D’un autre côté, en termes de fondamentaux, rien n’interdit de dépasser 1 743,82€ l’once — mais je n’ai pas la possibilité de me développer ici.

Cela signifiait ce que l’analyse technique nous dit pour le reste ?

Je me fonderai sur l’analyse proposée par Tradosaur le 27 mars. Comme l’explique cet expert :

« a fait un rebond très clair sur le support principal de 1 388-1 415, nous sommes arrivés un peu délicat sur la force principale de 1 477-1 493. Mais nous enregistrons de bonnes nouvelles. L’or a réussi à s’élever au-dessus de cette résistance. Cette résistance a donc été effacée. Nous avons maintenant beaucoup de travail à faire sur le tableau, car la suppression de la résistance principale de 1 477-1 493 risque d’être beaucoup plus compliquée. Peut-être que nous avons un retard de croissance.

**

Dans tous les cas, tendances se rétablissent. La tendance à long terme est toujours baissière. D’autre part, la tendance à court terme est à la hausse — nous sommes au-dessus de la hausse du M7. La tendance générale est également à la hausse à mesure que le M20 augmente. La tendance de fond est toujours à la baisse. »

**

Comme vous le comprenez, à ce stade, l’analyse technique est très mitigée. Il est difficile de couper entre un verre rempli d’eau et un verre d’eau vide…

Je vous suggère donc de revenir sur ce qui s’est passé depuis l’été dernier à un niveau fondamental pour voir quelle conclusion nous pouvons en tirer.

Qu’est-ce qui explique la baisse de l’or depuis août 2020 ?

C’est une bonne question, car beaucoup d’entre vous peuvent dire que le taux de la dette mondiale augmente régulièrement et que les bilans des banques centrales augmentent proportionnellement à leur PIB, que nous approchons du désastre et que l’or devrait donc augmenter !

Qu’est-ce qui ne l’est pas !

Je pense : oui, un jour, nous verrons une grave crise financière et le deuxième jour de l’épisode final de la crise, qui touchera le cœur du système économique et financier, c’est-à-dire les marchés obligataires souverains.

Les intervenants ont toujours eu cette hypothèse à l’esprit, sinon le prix de l’once ne passerait pas de 237€ en août 1999 à 1 743€ le 7 août 2020. Cependant, l’augmentation de 635 % n’a manifestement pas réussi à s’entendre sur une seule ligne et donc sur les différentes corrections apportées au cours.

Comme je l’ai expliqué dans cette vidéo, l’or n’est pas un atout sans risque. À l’inverse :

« L’or est une classe d’actifs « risquée » : le prix de l’or est soumis à de très fortes différences. Pas aussi fort que les actions, mais évidemment beaucoup plus grandes que les actifs monétaires, obligataires ou immobiliers. »

Il n’est donc pas étonnant qu’après avoir grimpé du 27 septembre 2018 à 1 013€, le prix de l’or a dû souffler.

**

Lorsque nous examinons « l’expiration » du cours de l’or, nous faisons souvent la même observation.

« Le pire ennemi or « : hausse des taux d’intérêt Courant

C’est la formule utilisée par l’indispensable Charlie Bilello dans un billet du 20 mars. Un analyste américain rappelle que de nombreux investisseurs en métal jaune sont quelque peu submergés par la correction des prix, car les dettes publiques atteignent des niveaux de retard de croissance en temps de paix et que les banques centrales observent une politique monétaire sans précédent sans précédent dans l’histoire.

Cependant, en regardant de plus près, il semble que l’environnement macroéconomique n’est pas aussi idéal pour le métal jaune qu’on pourrait le penser à première vue.

Voici ce que écrit Charlie Bilello :

« Quand il s’agit de l’or et de ses mouvements, la réponse n’est jamais simple. L’or est un casse-tête, il est peu corrélé avec presque tout dans le temps (actions, obligations, autres matières premières, etc.).

Mais il y a un facteur, plus qu’autre chose, qui s’est avéré être le pire. l’ennemi de l’or : la hausse des taux d’intérêt réels.

Depuis 1975, lorsque les contrats à terme sur l’or ont commencé à se négocier, il existe une relation inverse claire entre l’or et les taux d’intérêt réels. L’or a généré des performances négatives pendant les périodes de croissance des taux d’intérêt réels (-4,3 % par an) et de performances positives pendant les périodes de baisse des taux d’intérêt réels ( 14,8 % par an). »

**

Cette relation entre les cours de l’or et les taux d’intérêt réels n’est certainement qu’un des engrenages d’un mécanisme très complexe, qui reste essentiellement mystérieux, mais on observe que « au cours d’un mois donné, les chances d’obtenir une performance aurifère positive sont nettement plus élevées lorsque les taux de 10 ans baissent. plutôt qu’une augmentation », affirme l’analyste.

**

L’ effet des taux d’intérêt réels sur le cours de l’or ne s’arrête pas là car, comme le souligne Charlie Bilello, « l’or est dans une période de forte intensité réelle. les taux sont en moyenne plus faibles et meilleurs pendant les périodes de faibles taux réels ».

**

Si vous avez l’habitude de me lire, vous connaissez l’explication de la corrélation entre l’or et les taux d’intérêt réels. Comme je l’ai écrit dans mon livre :

« Intuitivement, il semble raisonnable de conserver ou d’acheter de l’or lorsque les taux d’intérêt réels (c’est-à-dire les taux d’inflation nets) fournis par les actifs monétaires et obligataires sont faibles ou négatifs. À l’inverse, l’environnement de taux d’intérêt réel élevé décourage l’investissement aurifère, car il n’offre pas d’efficacité et de coûts de stockage. »

La logique est la même lorsqu’il s’agit de la relation entre le cours de l’or en euros et les taux d’intérêt réels dans la zone euro.

Mais en ce qui concerne les États-Unis (malheureusement, je n’ai pas de graphiques pour la zone euro), la situation est aujourd’hui très faible taux d’intérêt réel (0,04 %) mais en hausse par rapport à… août dernier ! C’est juste à partir du moment où l’or a atteint son nouveau sommet historique.

**

Face à son pire ennemi depuis août 2020, un environnement où les taux d’intérêt réels augmentent plus rapidement que les prévisions d’inflation, le cours de l’or est en baisse et ce n’est pas vraiment surprenant.

**

Comme le dit l’analyste Lyn Alden, tout aussi indispensable, l’une des questions du moment est la suivante : « Dans quelle mesure les taux réels peuvent-ils augmenter sur une période prolongée ?

**

»

Recevoir Agora Chronicle directement dans sa boîte aux lettres

E-mail : S’ABONNER J’accepte d’envoyer une sélection exclusive d’offres des partenaires de La Chronique Agora *En cliquant sur le bouton ci-dessus, j’accepte que mon e-mail soit utilisé, traité et utilisé pour m’abonner à la newsletter gratuite de La Chronicle Agora et à mon guide spécial. Vous pouvez vous désabonner de l’Agora Chronicle à tout moment. Consultez notre politique de confidentialité.

Pilote de confiance

Show Buttons
Hide Buttons