Comment procéder à un achat en ligne ?

**

Le commerce électronique s’est beaucoup développé ces dernières années, notamment avec la crise du covid. De nombreux consommateurs qui ont jusqu’ici acheté dans le magasin physique se sont tournés vers le magasinage en ligne.

A lire en complément : Comment trader la Cryptomonnaie ?

Garantie des défauts sur Internet et des achats à distance – Quelles solutions en droit suisse ? Les sites de commerce électronique sont tenus d’afficher des « conditions générales de vente », ces conditions ont une valeur contractuelle. Le contenu des conditions générales de vente est dans une certaine mesure réglementé par la loi et la façon dont nous verrons parfois renforcer ou limiter les droits du consommateur. Suisse.

Base juridique de la garantie des défauts – Article 197 CO

Base pour la garantie des défauts dans le contrat d’achat est énuméré à l’article 197 du code des obligations :

A voir aussi : Où acheter de la Cryptomonnaie ?

« Le vendeur est tenu de garantir l’acheteur à la fois en raison des propriétés promises et en raison de défauts qui suppriment matériellement ou légalement sa valeur ou son utilité prévue, ou qui les réduisent à une échelle distincte.

« 

Cet article du Code des engagements offre donc plusieurs garanties à l’acheteur : — Protection en cas d’achat de biens dont la description serait fausse, trompeuse ou incomplète (« biens promis ») .— Protection si l’objet contient du matériel (par exemple endommagé) ou légal défaut (par exemple, le vendeur a vendu des biens qui ne lui appartenaient pas).

De plus, le vendeur réagit aux défauts même s’il ne les connaissait pas (article 197 CO (2)).

Défauts de livraison existants et défauts survenant après la livraison – résolution

principe, le concept de garantie des défauts tel qu’il est actuellement conçu par le public s’applique à deux cas spécifiques : — les défauts qui existaient dès le départ et qui ont été détectés à la livraison de l’acheteur (par exemple, un ordinateur qui n’a jamais fonctionné en raison d’une production incorrecte) .— défauts qui apparaissent lors de la période de garantie et ne peut pas être attribuée à l’acheteur (par exemple, un ordinateur qui échoue dans le délai des droits garantis).

Mais nous verrons que d’un point de vue purement juridique, les articles 197 et suivants. Le CO ne s’applique pas aux défauts qui surviennent ultérieurement à la suite d’une défaillance ou d’un dommage injustifié. En fait, ce sont les conditions générales de vente qui vous permettent de bénéficier de la garantie réelle pendant 2 ans. Nous expliquerons les raisons ci-dessous dans la section « Pourquoi une telle opacité juridique ?

« En

Durée et période de garantie pour les défauts

Deux concepts doivent être distingués : la durée de la garantie et le délai pour informer le vendeur que le produit est défectueux ou ne correspond pas à ce qui a été commandé.

« Période de garantie » (délai de prescription)

En ce qui concerne la durée de la garantie, le principe est énoncé à l’article 210 du Code des engagements, l’acheteur bénéficie d’une garantie de deux ans (action en garantie) de la livraison des marchandises. Ainsi, l’acheteur est protégé pendant deux ans contre les défauts susceptibles d’affecter la propriété. Veuillez noter que ces défauts ne doivent pas être liés à l’usure normale ou à l’abus de l’acheteur. Un appel de garantie serait valide, par exemple, dans le cas d’un ordinateur dont la pièce échoue dans les deux ans.

Nous utilisons le terme « période de garantie » dans un langage commun en ce qui concerne le délai de prescription de la garantie (article 210 CO). Cette nuance est juridiquement importante car elle n’offre pas les mêmes droits (voir section « Pourquoi un tel fardeau juridique ») ? «)

Date limite de notification du fournisseur

règle générale est que l’acheteur doit effectuer les vérifications habituelles dès qu’il arrive à l’article vendu et avise le vendeur « sans délai » s’il détecte des défauts (article 201, paragraphe 1, CO). S’il ne fait aucun commentaire ou effectue des contrôles de routine, il est réputé avoir accepté l’affaire avec ses défauts, à moins que l’inspection habituelle ne permet de les détecter (les défauts ne sont pas visibles). En cas de défauts invisibles, l’acheteur se voit accorder une période supplémentaire, ce qui correspond généralement au moment où l’acheteur aurait dû raisonnablement le savoir. défaut.

Si la chose devient défectueuse par la suite, c’est-à-dire qu’elle finit par s’effondrer ou endommager sans que l’erreur soit attribuable à l’acheteur, la loi exige une notification immédiate au vendeur La (article 210, paragraphe 2, CO et article 201, paragraphe 3, CO). L’acheteur est protégé pendant deux ans avant la livraison, mais il doit immédiatement aviser le vendeur (généralement une semaine) dès qu’un défaut survient.

Le tribunal fédéral a dû clarifier la règle du préavis immédiat, car elle présentait d’importants problèmes pratiques. Dans son arrêt de 2003, la Cour fédérale a expliqué de façon très pédagogique la règle de l’article 201, paragraphe 3, CO.

:

point 3.2 « L’obligation de notification immédiate des défauts vise à protéger le vendeur ; son omission implique la résiliation des droits découlant de la garantie. Le défaut est détecté une fois que l’acheteur peut sans doute vérifier son existence afin qu’il puisse faire une réclamation suffisamment motivée ; cela suppose que l’acheteur peut déterminer le type de réclamation et mesurer sa portée : ce n’est pas le cas lorsque les premiers signes de défauts évolutifs de leur gamme ou de leur gravité apparaissent. car cela pousserait les acheteurs à signaler toute bagatelle pour éviter la privation de leurs droits. Même si la loi (article 201 (3) CO) ou, comme dans ce cas, le contrat nécessite une notification « immédiate », l’acheteur doit recevoir un court délai de réflexion pour lui permettre de prendre sa décision et de la communiquer au vendeur. La durée de cette période n’est pas spécifiée dans l’obligation. Selon la jurisprudence, la notification des défauts communiquée deux ou trois jours ouvrables après la détection des défauts est conforme à l’exigence légale d’immédiateté (ATF 98 II 191 cond. 4 ; 76 Il 221 cond. 3) ; le second la notification à la partie dix-sept ou vingt jours après la découverte du défaut (ATF 118 II 142 cond. 3b ; 107 it 172 Conseil 1c ; 22 p. 129 cond. 3) ‘(Cour fédérale, arrêt du 17/11/2003, 4C.205/2003).

« Notification immédiate » en cas de détection de défauts non visibles ou révélés ultérieurement La notification immédiate est donc considérée comme une notification effectuée dans les trois jours ouvrables suivant la détection du défaut.

Marchandises endommagées pendant le transport

Selon l’article 452 CO « La réception non qualifiée de marchandises et le paiement du prix de transport éteignent toute action contre le service de voiturier ».

C’est donc important et approprié : — Vérifiez et développez toujours le colis avant la boîte de livraison afin qu’il puisse enregistrer les défauts et les dommages visibles sur le formulaire dédié. En cas de défauts visibles ou détectés ultérieurement, informez toujours le transporteur A au vendeur. Transporteur déjà ne sera pas responsable des défauts invisibles à moins d’être annoncés en moyenne dans les huit jours suivant la livraison du colis (article 452, paragraphe 2). QUOI). Les concessionnaires exigent également qu’ils les informent dans leurs termes de l’échange des défauts visibles ou invisibles au moment de la livraison.

Il est important d’alerter les transporteurs et les concessionnaires en cas de défauts visibles et invisibles. Ces avis sont donc utilisés pour bloquer légalement la possibilité de prendre des mesures à titre de garantie ultérieurement. S’ils ne parviennent pas à aviser le transporteur ou le vendeur, ils peuvent tout simplement refuser d’indemniser l’acheteur. La notification a pour effet d’éviter l’expiration de l’action en tant que garantie.

Dans les conditions générales de vente des vendeurs de colis, il est stipulé que l’acheteur doit déballer le colis et vérifier le produit avant le livreur. En principe, le vendeur n’est pas autorisé à s’acquitter de cette obligation, étant donné que la Cour fédérale a précisé que l’acheteur avait au moins trois jours pour aviser le vendeur des défauts visibles. Seul le transporteur peut appliquer l’article 452 CO avant le destinataire des services de forfait.

Ainsi, dans le cas d’un défaut qui existait à l’origine et qui n’est manifestement pas causé par le transport, le vendeur ne peut invoquer l’absence de contrôle devant le porteur, même s’il était inclus dans les conditions générales de vente.

Qu’est-ce que le transfert de risques ?

Le concept juridique du transfert des risques (article 185 CO) nous aidera à déterminer qui indemnise l’acheteur en cas de dommages causés à l’objet pendant le transport. Le transfert des risques est le moment où le vendeur cesse d’être responsable des éléments externes susceptibles d’endommager des biens. Un cas typique est celui d’une tierce personne qui se dégrade par inadvertance. la propriété avant qu’elle n’arrive entre les mains de l’acheteur. Ainsi, le tiers peut être le transporteur, les autorités douanières, etc.

Pour le contrat d’achat, le transfert de risque aura lieu immédiatement après le paiement du prix. Ainsi, en cas de dommages matériels pendant le transport, il appartient à l’acheteur de contacter le transporteur pour réparation, car il a commencé à supporter des risques au moment du paiement du prix.

Le

vendeur peut décider de retarder le transfert des risques au moment de la livraison. Il s’agit d’un argument de vente important pour l’acheteur, qui est donc dispensé de gérer sa propre rémunération chez le transporteur en cas de détérioration pendant le transport.

Dans certains pays européens, comme la France, le transfert des risques n’est pas effectué lorsque le prix est payé, mais lorsque le produit est livré. Ce concept de transfert des risques est favorable au consommateur, qui ne peut donc pas retourner contre le transporteur le cas de la dégradation des emballages pendant le transport. C’est en effet le vendeur qui supporte le risque pendant le transport.

Ce la conception, cependant, est lourde d’implications pour les professionnels de la vente par correspondance. Tous les litiges liés aux dommages pendant le transport doivent être résolus par le vendeur, ce qui l’oblige souvent à supporter des coûts d’exploitation supplémentaires (embauche d’employés, frais d’avocat, etc.).

Comment l’acheteur est-il indemnisé ?

En cas de défaut, l’acheteur a en principe le choix entre la résiliation de la vente (il restitue le bien et le recouvrement du prix) ou la réduction du prix avec la préservation du bien (article 205, paragraphe 1, CO). Si la chose est fongible, c’est-à-dire remplaçable, l’acheteur peut choisir d’en obtenir un autre du même type, c’est-à-dire le remplacement d’un produit défectueux (article 206 CO).

Toutefois, la jurisprudence permettait aux vendeurs de déroger aux articles 205 et 206 CO dans leurs conditions générales. ventes en prévoyant uniquement la correction des défauts (arrêt de la Cour fédérale du 17/11/2003, 4C.205/2003). En pratique, il existe presque systématiquement une clause qui, à la discrétion du vendeur, prévoit soit la réparation, soit le remplacement d’un produit défectueux.

Si l’article 205 CO (résiliation et réduction) s’applique, c’est-à-dire que la CGV n’est pas exclue, le juge peut décider, en cas de litige, de ne pas autoriser une réduction de prix en fonction des circonstances (art. 205, paragraphe 2). QUOI). C’est souvent le cas des objets sur mesure qui n’ont pas pu être réparés et vendus à d’autres clients.

Pourquoi si lourd juridique ?

Articles 197 et suivants Le code des engagements a été élaboré à une époque où le droit de la consommation n’existait pas. Ils ont été conçus à l’origine comme un moyen de résoudre les litiges liés à des défauts détectés dans la livraison des marchandises et peu de temps après réception afin que les défauts soient détectés lors de la première utilisation de la marchandise.

Ces articles n’ont jamais été considérés comme l’obligation de l’acheteur de garantir que la chose resterait en état pendant au moins deux ans.

En raison du développement du droit européen de la consommation en 2010, la Suisse a été obligée de s’adapter à ces nouvelles dispositions de protection des consommateurs. Cela était simplement nécessaire pour éviter un ralentissement des exportations suisses.

Au lieu de créer une loi distincte et claire sur le droit de la consommation, comme la plupart des pays européens, les députés de l’Assemblée fédérale ont préféré traduire ces nouvelles règles dans les dispositions existantes du Code des engagements (articles 197 et suivants. QUOI). Mais cet ajout embarrassant de nouvelles règles est avant tout une volonté politique. L’objectif était de reconnaître un demi-mot sur la protection des consommateurs suisses sans reconnaître officiellement le droit suisse de la consommation. C’est peut-être ça. expliquable par une vision du protestantisme germanique, qui estime qu’il appartient au consommateur de se protéger et de punir économiquement les mauvais vendeurs et les fabricants en favorisant les bons.

Par conséquent, le changement consiste uniquement à augmenter le délai de prescription d’une action en justice afin d’assurer la sécurité. Le problème est que les juges ont toujours interprété les articles 197 et suivants. QUOI, d’une certaine manière et non pas comme une garantie au sens moderne du terme. La jurisprudence a établi une règle stricte : « Une garantie pour les défauts de vente ne peut être réellement mise en jeu que si le défaut existe déjà, même s’il est dans la clé, au moment du transfert des risques. S’il y a une détérioration du produit vendu au contraire après le transfert des risques, même si elle entraîne la disparition de la qualité promise, elle ne constitue pas un défaut ». Dans ce cas, il s’agissait d’un contrat d’entreprise, mais la même règle s’applique aux contrats de vente (Cour fédérale, arrêt du 22/09/2016, 4A_383/2016).

En d’autres termes, selon la jurisprudence, si la chose a fonctionné et n’avait aucun défaut caché, le fait qu’elle se soit détériorée par elle-même n’est pas un défaut . La seule façon dont un acheteur peut recycler la détérioration en tant que défaut préexistant est de prouver lui-même que le défaut existait déjà. Il perd donc la présomption d’existence d’un défaut qu’il présente et qui impose la charge de la preuve au vendeur lorsque le défaut est détecté au moment de la livraison ou à la première utilisation.

Pour cette raison, les pays européens ont développé de nouvelles règles qui indiquent explicitement qu’elles apparaissent dans les deux ans suivant la livraison sont censées exister au moment de la livraison. Cette conjecture sert à protéger le consommateur en évitant la nécessité de prouver l’existence d’un défaut. Toutefois, cette règle n’a pas été incorporée dans le droit suisse et n’a pas non plus été adoptée par la jurisprudence. Actuellement, en cas de détérioration ultérieure, le consommateur suisse doit prouver que le défaut existait. déjà avant le transfert des risques, ce qui est impossible dans la pratique .

Heureusement, les traders suisses n’ont pas décidé d’exploiter l’erreur et d’appliquer des règles similaires au droit européen. Cependant, le problème est toujours présent et rien n’empêche le vendeur résolu d’invoquer la loi et la jurisprudence. Par conséquent, au cours du litige, le vendeur peut demander au client de prouver que le défaut existait avant le transfert des risques.

Compte tenu du problème de l’obsolescence programmée, le consommateur suisse est effectivement légalement désarmé et ne peut compter que sur le sens commercial des fournisseurs. Cette vision du consommateur responsable de ses achats n’est plus pertinente, car presque tous les produits sont maintenant conçus pour se détériorer rapidement. ou désintégré.

Les

députés de l’Assemblée fédérale ont préféré éviter trop d’ingérence confédérée dans le commerce et ont choisi de faire confiance à des experts pour se réglementer eux-mêmes. Actuellement, il s’agit de conditions générales qui servent principalement de garantie aux acheteurs. Code de la consommation français, l’hypothèse de l’existence de défauts de livraison dure aussi longtemps que l’action de garantie dure

Conditions générales de vente et garantie des défauts

conditions générales (CGV) sont des conditions contractuelles, elles ont donc la même valeur qu’un contrat conventionnel. La loi exigeait des vendeurs de colis qu’ils divulguent les conditions générales de vente afin d’informer les acheteurs.

Les informations obligatoires doivent également être incluses dans les conditions générales de vente telles que : délai de livraison, nom et adresse du vendeur, adresse de contact, etc. les conditions générales de vente (ainsi que les contrats conventionnels) il est possible de déroger à la common law à moins qu’elle ne soit expressément interdite par la loi. Les dispositions qui s’écartent le plus souvent de la loi sont des dispositions de limitation de responsabilité, lorsque la responsabilité du vendeur peut être réduite ou augmentée. Par exemple, l’article 210, paragraphe 4, point a), du Code des engagements interdit l’octroi d’une période de garantie inférieure à 2 ans.

Comme nous l’avons vu, la législation écrite et la jurisprudence n’obligent pas le vendeur à garantir le produit en état pendant deux ans. Cette obligation découle techniquement des conditions générales de vente développées par les fournisseurs. C’est un geste de la part des vendeurs, c’est un écart par rapport à la loi en faveur du consommateur.

À l’

inverse, l’obligation imposée à l’acheteur dans les CGV de voir et de déballer le colis devant le livreur pour contrôler tout défaut est une dérogation à la loi au désavantage du consommateur, mais reste illégal. Nous avons constaté que la Cour fédérale avait conservé un délai raisonnable de deux à trois jours pour aviser le vendeur des défauts visibles. Compte tenu de la garantie de deux ans donnée par les traders, nous ne pouvons guère la critiquer, mais nous devrions plutôt y voir un échange de bons processus.

Malheureusement, le concept de dispositions abusives dans les conditions générales de vente n’est pas accessible aux consommateurs. Ce terme a pour base juridique l’article 8 de la loi fédérale contre la concurrence déloyale :

« Utilisation de termes de l’échange abusifs : actes injustement commis par ceux qui utilisent notamment des conditions générales qui, contrairement aux règles de bonne foi, fournissent une disparité distincte et injustifiée entre les droits et obligations en vertu du contrat aux dépens du consommateur.

« Le

consommateur ne peut interpréter cette disposition seul, c’est au juge de déterminer si la clause CGV est abusif. Par conséquent, le consommateur est tenu de consulter un expert juridique qui connaît la jurisprudence afin d’être informé d’une nature abusive ou non d’une disposition.

Les

Litige – sera accompagné d’un avocat

Si, malgré les négociations, vous n’êtes pas en mesure d’entendre la raison du vendeur, il est nécessaire de commencer la procédure.

Il commence par la notification de la partie qui dépose une objection à remplir ses obligations. La validité de cet appel est soumise à des règles formelles. Il est plus que approprié de faire appel à un avocat pour émettre une demande légale. L’avocat déposera ensuite l’affaire auprès du tribunal compétent.

Étant donné qu’il s’agit avant tout d’une loi sur les obligations, il faudra privilégier un avocat spécialisé en droit des contrats. Vous trouverez ci-dessous les coordonnées de nos avocats qui se spécialise en droit des contrats en Suisse romande :

Genève — Avocat spécialisé en droit des contrats à Genève

Show Buttons
Hide Buttons