Comment obtenir un prêt professionnel ?

La plupart des entrepreneurs et des commerçants indépendants ont besoin d’un prêt professionnel à leurs débuts. Le but principal d’un prêt professionnel est de réduire le niveau de risque pour les financiers en fournissant un apport de liquidités à un entrepreneur ou un commerçant indépendant qui attend le retour sur investissement pour se lancer.

1. Les différents types de prêts professionnels

Prêts professionnels courants. Ce type de prêt professionnel est, la plupart du temps, accordé à des entreprises qui ont une existence légale et qui génèrent des bénéfices. Il est souvent accordé par des institutions financières, mais un investisseur particulier peut aussi le proposer à un entrepreneur qui a déjà fait ses preuves. Vous pouvez vous rendre sur le site de Partners Finances pour obtenir des prêts en tous genres, donc un prêt professionnel.

A lire en complément : Quel est le salaire horaire ?

Prêts à risque. Ce type de prêt professionnel est accordé à des entrepreneurs qui n’ont pas encore réalisé de bénéfices, mais qui ont un potentiel de croissance élevé. Cela peut être un pionnier dans le domaine, comme un inventeur ou une personne qui développe un nouveau produit.

Prêts rémunérés. Ce type de prêt professionnel est accordé à des entrepreneurs et commerçants indépendants qui ont déjà réalisé des bénéfices mais qui ne sont pas suffisamment solvables pour obtenir un prêt professionnel traditionnel.

A lire également : Budget Base Zéro : comprendre la méthode BBZ et son importance en gestion financière

Prêts professionnels d’investissement. Ce type de prêt professionnel est accordé à des entreprises qui ont déjà réalisé des bénéfices, mais qui n’arrivent pas à générer les liquidités nécessaires pour croître ou pour financer de nouveaux projets.

Prêts professionnels en capital-risque. Ce type de prêt professionnel est accordé à des entreprises qui ont déjà réalisé des bénéfices et qui ont un potentiel élevé de croissance.

Prêts professionnels de création d’entreprise. Ce type de prêt professionnel est accordé aux entrepreneurs qui ont un projet de création d’entreprise en cours, mais qui ne sont pas suffisamment solvables pour obtenir un prêt professionnel traditionnel.

Prêts professionnels de développement d’affaires. Ce type de prêt professionnel est accordé à des entrepreneurs qui ont déjà réalisé des bénéfices et qui ont un potentiel élevé de croissance.

Prêts professionnels d’autopromotion. Ce type de prêt professionnel est accordé aux entrepreneurs qui ont déjà réalisé des bénéfices mais qui n’arrivent pas à obtenir un prêt professionnel auprès d’une banque classique pour faire la promotion de leurs produits et/ou services.

2. Quel est le montant maximal d’un prêt professionnel ?

Le montant d’un prêt professionnel varie en fonction des projets. Pour les entreprises qui sont au stade de la création d’entreprise, le montant maximum d’un prêt professionnel s’élève à 100 000 €. Pour les entreprises qui ont déjà réalisé des bénéfices, le montant maximum d’un prêt professionnel s’élève à 150 000 €. Les prêts professionnels ne peuvent être accordés que pour un projet qui a une durée de vie d’au moins 3 ans. L’espace économique européen intègre les membres de l’Union européenne, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

3. Quels sont les critères d’attribution d’un prêt d’entreprise ?

L’appréciation des critères d’attribution d’un prêt professionnel est menée par un comité de sélection. Le comité de sélection est composé de représentants de la Caisse Nationale de Solidarité pour le Développement Économique (CNSE), des entrepreneurs et du secteur privé. L’appréciation des critères s’effectue à partir d’une grille comprenant les critères suivants.

  • La probabilité de réussite du projet (dans le cas des entreprises en cours de création, la probabilité de création de l’entreprise, dans le cas des entreprises existantes, la probabilité d’atteindre les objectifs établis dans le plan d’affaires, la qualité du capital humain)

  • La rentabilité escomptée du projet (dans le cas des entreprises en cours de création, la rentabilité escomptée par rapport au capital investi, dans le cas des entreprises existantes, la rentabilité escomptée par rapport à la valeur ajoutée).

  • Le potentiel de développement du projet (dans le cas des entreprises en cours de création, le potentiel de développement du marché et le potentiel d’expansion de l’entreprise dans le cas des entreprises existantes, la possibilité de développer l’activité et d’atteindre les objectifs établis).

  • La capacité à mobiliser l’investissement privé ou public (dans le cas des entreprises en cours de création, la capacité à mobiliser l’investissement privé, dans le cas des entreprises existantes, la capacité à mobiliser une aide financière publique).

  • La valeur ajoutée (dans le cas des entreprises en cours de création, la valeur ajoutée apportée par l’entreprise sur le marché visé par le projet, dans le cas des entreprises existantes, la valeur ajoutée apportée aux clients).

  • Le potentiel d’innovation (dans le cas des entreprises en cours de création, le potentiel d’innovation par rapport à l’offre existante sur le marché visé par le projet, dans le cas des entreprises existantes, le potentiel d’innovation par rapport à l’offre existante sur le marché visé par le projet).

  • La rentabilité (dans le cas des entreprises en cours de création, la rentabilité attendue et dans le cas des entreprises existantes, la rentabilité réalisée sur les activités concernées).

  • La solidité financière (dans le cas des entreprises en cours de création, la solidité financière prévue et dans le cas des entreprises existantes, la solidité financière constatée).

  • La répartition des risques (dans le cas des entreprises en cours de création, la répartition des risques entre l’entreprise et ses partenaires, dans le cas des entreprises existantes, la répartition des risques prévue entre l’entreprise et ses partenaires).

4 Comment préparer sa demande de prêt professionnel ?

Avant de présenter votre dossier à la banque, vous devez bien le préparer afin d’optimiser vos chances d’obtenir un prêt professionnel.

Assurez-vous que votre entreprise répond bien aux critères exigés par les banques pour l’octroi d’un prêt professionnel. Vous devrez dans tous les cas avoir un business plan solide et détaillé qui explique en quoi consiste votre activité, quelles sont vos perspectives financières et comment vous comptez rembourser le prêt demandé.

Rassemblez toutes les pièces justificatives nécessaires : compte de résultats et bilan des derniers exercices, statuts de l’entreprise ou contrat social si elle est constituée sous forme sociétale, relevés bancaires récents… Plus vous fournirez d’informations précises sur votre entreprise et sur ses performances économiques passées, plus les banquiers seront rassurés quant à la viabilité du projet présenté.

N’hésitez pas à discuter avec plusieurs établissements financiers afin de comparer leurs offres respectives avant de faire votre choix définitif. Les conditions proposées peuvent varier sensiblement selon les banques ; certains privilégient notamment le montant emprunté tandis que d’autres ont tendance à mettre davantage l’accent sur la qualité du projet présenté.

Vous devez vous faire accompagner par un expert-comptable ou un conseiller financier spécialisé dans le financement des entreprises pour optimiser au maximum votre dossier et bénéficier ainsi des meilleures conditions possibles.

Obtenir un prêt professionnel peut s’avérer être une démarche complexe pour les entrepreneurs. En préparant correctement votre dossier et en vous faisant accompagner par des professionnels du financement, il est tout à fait possible de convaincre les banquiers et d’obtenir ainsi le financement nécessaire pour développer sereinement votre entreprise.

5 Les alternatives au prêt professionnel : financements participatifs, subventions, etc.

Les alternatives au prêt professionnel : financements participatifs, subventions, etc.

Si vous avez des difficultés à obtenir un prêt professionnel, il peut être intéressant de se tourner vers d’autres formules de financement.

Le financement participatif, aussi appelé crowdfunding, est une méthode qui permet aux entreprises de collecter des fonds auprès du grand public via une plateforme en ligne spécialisée. Cette solution a l’avantage d’être rapide et facile à mettre en place tout en permettant à l’entreprise de bénéficier d’une visibilité accrue.

Les subventions sont aussi une option envisageable pour les entrepreneurs. Ces aides financières peuvent être accordées par différentes structures publiques ou privées et permettent souvent de réaliser certains investissements sans avoir besoin d’un apport personnel important.

Il existe aussi des dispositifs spécifiques tels que le fonds de garantie à l’initiative des femmes (FGIF) qui vise à favoriser la création et le développement des entreprises créées ou reprises par des femmes.

Certain(e)s entrepreneur(e)s peuvent se tourner vers des solutions alternatives telles que le leasing ou la location avec option d’achat (LOA) qui leur offrent la possibilité d’utiliser immédiatement du matériel professionnel sans avoir besoin de mobiliser un capital trop important dès le départ.

Ces options ne conviennent pas toujours aux besoins spécifiques de chaque entreprise et nécessitent souvent un temps supplémentaire pour s’informer sur les modalités exactes du contrat proposé ainsi que sur ses implications financières à long terme.

Le choix entre ces différentes options dépendra essentiellement de votre profil d’entrepreneur et des spécificités de votre projet. Il faut bien se renseigner sur les avantages et inconvénients de chaque formule pour faire un choix éclairé en fonction des besoins réels de son entreprise.