Comment officialiser une séparation sans divorcer ?

Certaines situations l’amènent à vouloir mettre fin au mariage. Selon l’état d’esprit dans lequel le divorce est demandé, il existe plusieurs procédures

. Contenu :

A lire également : Quand Renegocier son assurance auto ?

  • Définition de la procédure de divorce
  • Comment entamer une procédure de divorce ?
  • Est-il possible de divorcer sans avocat ?
  • Différents types de divorce
  • Combien de temps dure la procédure de divorce ?
  • Quels sont les documents requis pour cette procédure ?
  • Peut-on annuler la procédure de divorce ?

Définition de la procédure de divorce

Pendant le divorce, les conjoints mettent fin à leur mariage et réglent toutes les conséquences. Selon la forme de divorce qu’ils veulent engager, la procédure ne sera pas la même que celle de la fin du mariage.

Comment entamer une procédure de divorce ?

Quelle que soit la procédure choisie par le divorce, la demande suit toujours le même principe.

Lire également : Quand prend effet un licenciement pour inaptitude ?

**

La procédure commence toujours par un appel à un avocat. Si les conjoints choisissent une ligne de conduite amiable, ils ne peuvent plus être représentés par le même avocat depuis l’entrée en vigueur de la loi en 2017. Dans tous les cas, les parties seront assistées par un conseiller distinct.

Vous avez une question à nous poser ? Réponse gratuite et non consolidé !

Contactez-nous

Pour engager officiellement la procédure, l’avocat doit rédiger une pétition ou un accord (selon la forme du divorce) notifiant la demande de divorce. La requête est envoyée au juge de la famille, ce qui entame une procédure judiciaire. L’accord est établi par les avocats et les parties, puis déposé devant un notaire pour le rendre exécutoire et officialiser le divorce.

Est-il possible de divorcer sans avocat ?

Depuis 2017, il est impossible de recourir à un juge de la famille par divorce par consentement mutuel. Toutefois, cela n’absout pas l’obligation d’avoir à appeler un avocat

. Quel que soit le divorce choisi les procédures sont assistées par un avocat auprès des parties.

Différents types de divorce

Il existe plusieurs procédures de divorce.

Soit les parties s’accordent sur le principe du divorce et ses conséquences : dans ce cas, le divorce par consentement mutuel est appliqué.

Soit les conjoints s’accordent sur le principe du divorce, mais pas sur des termes : dans ce cas, la procédure de divorce acceptée s’applique.

Dans d’autres cas, c’est-à-dire que lorsque les conjoints ne sont pas d’accord sur le principe du divorce ou des conséquences, il y a une procédure de divorce pour inconduite, pour le changement final de la relation conjugale.

Enfin, il existe une séparation judiciaire pour distinguer les procédures de divorce à proprement parler.

Il convient de noter que, dans tous les cas, les étapes à suivre pour annuler le mariage sont lourdes et coûteuses. Procédure de divorce par accord mutuel

C’est un procédure prisée, car c’est la plus rapide et la moins chère. Mais il demande aux conjoints d’accord sur un divorce et tout ce que cela implique.

Procédure de divorce amicale

Cette procédure est appelée « procédure amicale ». En fait, elle est choisie lorsque les deux conjoints s’accordent sur un divorce et ces conséquences.

Avec l’aide de leurs avocats, les conjoints établissent un accord qui résoudra les effets du divorce : sur le partage des biens, le sort de l’appartement familial, la détermination de la prestation compensatoire, le cas échéant, la garde des enfants…

Vous avez une question à nous poser ? Réponse gratuite et non consolidé !

Contactez-nous La Convention prend la forme d’un acte privé.

Procédure simplifiée pour le divorce

La procédure est simplifiée car le juge de la famille n’intervient plus. Pour cette raison, deux avocats distincts doivent aider les conjoints : maintenir l’équité entre conjoints.

Avant de signer accords que les conjoints doivent attendre une période de refroidissement de 15 jours à compter de leur réception. L’accord est envoyé au notaire dans les 7 jours suivant la signature.

Une fois complété, l’accord sera déposé par des avocats auprès du notaire, qui le déposera ensuite au rang d’inscription pour être exécutoire pendant 15 jours.

C’est également un notaire qui vérifiera si l’accord respecte les intérêts de chacun des ex-conjoints.

Toutefois, si les conjoints ont des enfants et qu’un ou plusieurs d’entre eux veulent être entendus, la procédure devient judiciaire et se déroule devant le juge de la famille .

Ainsi, dans ce cas, la Convention ne prend pas la forme d’un acte privé.

Dans ce cas, les conjoints peuvent être représentés par le même avocat, car le juge veillera à ce que la justice entre époux soit respectée.

L’avocat demande le divorce devant le TGI, dont dépendent les conjoints. Les conjoints seront convoqués à l’audience, où le juge interrogera les épouses une par une, puis ensemble.

C’est un juge de la famille qui approuve l’accord et lui donne un certificat exécutoire après avoir entendu l’enfant.

Lorsqu’un divorce est prononcé par le juge, seul un appel est possible dans les 15 jours suivant le divorce (pas de procédure d’appel). Ce n’est que si le consentement de l’accord est refusé par le juge que les époux peuvent faire appel.

Procédures de divorce accélérées

Si cette procédure n’est pas judiciaire, tous les délais sont plus courts. Sauf, bien sûr, lorsque les enfants veulent être entendus par un juge.

Plus en détail, nous verrons les termes un peu plus tard dans l’article.

Procédure de divorce pour inconduite

Conditions d’ouverture d’une procédure de divorce pour faute.

Vous avez une question à nous poser ? Réponse gratuite et non consolidé !

Contactez-nous Le mari/épouse qui demande une procédure de divorce pour cause d’inconduite doit se fonder sur « des faits constituant une violation de la gravité » ou les obligations renouvelées du mariage attribuables à son conjoint et qui rendent la préservation de la vie commune irréproble » Article 242 du Code civil.

Il appartient au demandeur de fournir une preuve de faits qui peuvent être :

  • violence conjugale ;
  • le non-respect de l’obligation alimentaire de libération et d’assistance résultant du mariage ;
  • quitter le foyer conjugal ;

Gestion :

Étape 1 → Requête initiale

Le demandeur d’asile doit faire appel à un avocat pour demander au juge. La proposition doit inclure les raisons du divorce et une demande de mesures préliminaires. Attention, la demande ne doit en aucun cas constituer la base juridique ou les faits qui sont à l’origine du divorce !

La demande est présentée devant le TGI, dont la résidence familiale dépend du fait que le juge compétent questions familiales.

Le deuxième conjoint est informé de la demande et doit être représenté par un avocat.

Étape 2 → Conciliation

Le déménagement est obligatoire et doit être effectué avant une citation à comparaître. Pendant le processus de conciliation, le juge de la famille convoque les épouses et tente de les réconcilier, c’est en quelque sorte une procédure de médiation. il y aura trois entrevues :

  • un pour chaque conjoint séparément,
  • interroger les deux conjoints ensemble et leurs avocats.
  • Après la conciliation, après conciliation, les conjoints doivent être délibérés pendant huit jours si le juge estime que la réconciliation est possible.

Le juge peut décider d’engager une nouvelle procédure de conciliation dans un délai de six mois (suspension de la procédure de divorce).

Le juge émet une ordonnance de non-réconciliation ou une conciliation selon que les époux finissent par se réconcilier ou non. numéro En cas de non-réconciliation, le juge fixe des mesures provisoires jusqu’au divorce final (p. ex. pension alimentaire).

Étape 3 → citation à comparaître par le tribunal.

L’ordonnance de non-réconciliation permettra au demandeur de soumettre une assignation à comparaître dans un délai de 3 mois. Si trois mois s’écoulent, le deuxième conjoint peut procéder à une convocation. Si une citation à comparaître n’est pas déposée dans un délai de 30 mois, la procédure expire.

Dans les procédures devant un juge, les conjoints peuvent modifier la base juridique du divorce à tout moment et demander le divorce, par exemple en acceptant une contrefaçon ou un consentement mutuel. Toutefois, si le juge accepte la demande de modification de base, il n’est plus possible de revenir à la première base juridique dans le cas de la seconde instance.

Étape 4 → La décision du juge.

Après avoir examiné la demande et la preuve, le juge prend la décision.

Le juge peut juger que les motifs présentés ne constituent pas un divorce en raison d’une faute et a donc rejeté la requête.

Au contraire, peut prononcer le divorce pour culpabilité des torts exclusifs du conjoint ou des torts courants des deux conjoints.

Un conjoint innocent peut réclamer des dommages-intérêts si le divorce est effectué sur les torts exclusifs de l’ex-conjoint.

Vous avez une question à nous poser ? Réponse gratuite et non consolidé !

Contactez-nous Dans son jugement, il déterminera tous les effets du divorce, y compris les prestations compensatoires, les conséquences pour les enfants…

Les avocats seront responsables de l’enregistrement de la mention de divorce de l’état civil.

Procédure de divorce pour changement final de relation conjugale

Conditions d’ouverture d’une procédure de divorce aux fins du changement final de la relation conjugale :

Il doit y avoir un arrêt volontaire de la vie ensemble pendant au moins deux ans à compter du licenciement jusqu’à la convocation du tribunal.

Gestion :

Le déroulement de cette procédure est pratiquement le même que pour les procédures de divorce en faute.

Étape 1 → Requête initiale

Étape 2 → Conciliation

Étape 3 → citation à comparaître

C’est le jour de cette citation à comparaître que le mandat de deux ans prend fin. Il est donc absolument nécessaire qu’un délai de deux ans soit atteint avant cette citation, sinon cette deuxième condition ne serait pas recevable sur cette base.

Si le délai est bien respecté et que la séparation est supérieure à deux ans au moment de la citation à comparaître, le divorce est prononcé.

Étape 4 → La décision du juge

Même si le divorce est prononcé, le juge devra déterminer l’effet de l’accord de divorce.

Divorce en adoptant le principe de la fin du mariage

Dans cette situation, les conjoints ont accepté de divorcer, mais pas les conséquences.

Les procédures se déroulent toujours de la même manière que les autres procédures judiciaires (divorce pour faute et changement final de relation conjugale).

Il y a ensuite le dépôt d’une requête devant la Cour suprême, la phase de conciliation du juge de la famille (où il le juge essaiera de réconcilier les épouses, sinon il rédigera une ordonnance non mourante).

Après la phase de conciliation, les conjoints choisissent ce type de divorce.

Le juge se prononcera ensuite sur les conséquences du divorce, déterminant ainsi les indemnités d’indemnisation, la répartition des biens et la garde des enfants.

Cas particulier : séparation du corps

Ce n’est pas une procédure de divorce. Dans ce cas, le couple préfère la partie (corps) et ne vit plus ensemble tout en restant marié. Il s’agit d’une procédure qui peut être choisie dans l’espoir que la relation entre conjoints se calmera et reviendra à la normale.

La procédure est la même que pour les divorces judiciaires.

Vous avez une question à nous poser ? Réponse gratuite et non consolidé !

Contactez-nous

Par conséquent, il est nécessaire de faire appel à l’avocat pour entamer la procédure. La séparation du corps peut se faire par consentement mutuel, en faute ou par changement final du lien matrimonial. Par conséquent, la demande sera déposée auprès du juge des affaires familiales, phase de conciliation avec ordonnance et enfin la décision du juge.

À

la suite de la séparation corporelle, lorsque le juge prononce son jugement, il rectifie tous les effets de la séparation corporelle. Les maris restent donc mariés, toutes les obligations associées au mariage demeurent. La seule chose qui change, c’est que les conjoints ne peuvent plus vivre ensemble.

La séparation du corps comprend nécessairement la séparation des biens du conjoint. Leurs avoirs doivent donc être liquidés. Tous les biens appartenant ensuite aux conjoints seront liés à leurs biens personnels.

Il n’y a pas d’annulation du mariage, de sorte que la prestation compensatoire ne s’applique pas, mais le juge peut émettre une pension alimentaire.

Combien de temps dure la procédure de divorce ?

Les délais applicables varient selon que le divorce a lieu par consentement mutuel ou par divorce judiciaire.

Pour la procédure d’accord mutuel, il n’y a pas procédure devant le juge, ce qui réduit les délais. En cas de recours devant un juge, si les enfants souhaitent être entendus, ce sera plus long, mais il n’y aura pas de phase de conciliation. Dans tous les cas, le divorce par consentement mutuel reste plus court que les divorces judiciaires.

Il semble que cette forme de divorce puisse aller de 1 mois à 3 mois en fonction de la complexité du divorce et de la liquidation des biens.

Pour les autres divorces (en adoptant le principe de l’interruption du mariage, du changement final du lien conjugal et de la culpabilité), les retards sont beaucoup plus constants. En fait, de nombreux retards se chevauchent :

  • contacter un avocat,
  • déposer une requête devant un juge,
  • les procédures de conciliation,
  • citation à comparaître en cour,
  • audience devant un juge de la famille
  • et le jugement du divorce.

Toutes ces étapes entraînent un retard relativement long (environ deux ans). Cela varie en fonction du choix. Procédure de divorce :

  • divorce en adoptant le principe de la cessation du mariage et du divorce le plus court du divorce judiciaire, puisque les conjoints acceptent de divorcer, le délai est souvent inférieur à 2 ans le .
  • Le divorce pour culpabilité et pour le changement ultime du lien conjugal est le plus long, car il s’agit d’une procédure lourde. La procédure de changement définitif de la relation conjugale nécessite au moins deux ans de fin de vie ensemble, au moins deux ans.

Quel que soit le divorce en litige, le retard dépend également des juges et de leur charge de travail, mais aussi des avocats.

Quels sont les documents requis pour cette procédure ?

La liste des documents à soumettre est plus longue pour le divorce en litige que pour le divorce par consentement mutuel.

Consentement mutuel :

  • Brochure familiale ;
  • Photocopie complète du certificat de mariage de moins de trois mois ;
  • Photocopie de la transcription du certificat de mariage au Bureau central du registre civil de Nantes si le mariage a été célébré à l’étranger ;
  • une photocopie complète des certificats de naissance de deux conjoints français, datant de trois mois ;
  • Photocopie d’un certificat de naissance dont la date est inférieure à six mois avec une traduction officielle de moins d’un an si vous résidez en France et que vous êtes un ressortissant étranger ;
  • Photocopie complète des certificats de naissance des enfants de moins de trois mois ;
  • photocopie du contrat de mariage ;
  • Photocopie de deux pièces d’identification et de deux cartes vitales ;
  • Les trois derniers salaires ou relevé ASSEDICS ;
  • Le dernier relevé fiscal ;
  • preuve de résidence permanente de moins de trois mois ;
  • Preuve de crédits, si disponibles (prêts à la consommation prêts) (biens immobiliers) ;
  • Actes de vente ou d’achat de biens immobiliers dans les cas.

Autres divorces en litige :

  • Brochure familiale ;
  • Photocopie d’un certificat de mariage datant de moins de trois mois. Photocopie de la transcription du certificat de mariage au Bureau central du registre civil de Nantes si le mariage a été célébré à l’étranger ;
  • une photocopie complète des certificats de naissance de deux conjoints français, datant de trois mois ;
  • Photocopie d’un certificat de naissance dont la date est inférieure à six mois avec une traduction officielle de moins d’un an si vous résidez en France et que vous êtes un ressortissant étranger ;
  • Photocopie complète des certificats de naissance des enfants de moins de trois mois ;
  • photocopie du contrat de mariage ;
  • Photocopie de deux pièces d’identification et de deux cartes vitales ;
  • Paiement des trois derniers bulletins de vote ou relevé ASSEDICS ;
  • Le dernier relevé fiscal ;
  • preuve de résidence permanente inférieure à trois mois ;
  • Preuve de prêt, si disponible (prêts à la consommation et prêts immobiliers)
  • les actes de vente ou d’achat de biens immobiliers, le cas échéant ;
  • les coordonnées des fonds de pension ;
  • Montant et origine des différents comptes (comptes courants, brochures A…)
  • ; Liste des cadeaux contractuels et de l’assurance-vie.

Vous avez une question à nous poser ? Réponse gratuite et non consolidé !

Contactez-nous Peut-on annuler la procédure de divorce ?

procédure de divorce peut être interrompue à tout moment avant la décision finale du juge La .

Pour ce faire, il est nécessaire d’envoyer une lettre recommandée avec confirmation d’acceptation au juge. famille. La procédure se termine dès réception du courrier par le juge.

Si de nouvelles procédures de divorce sont menées ultérieurement, les motifs invoqués par la première peuvent ne plus être dans la seconde.

D’autre part, c’est possible. pour faire appel de la décision de divorce. C’est le cas où un conjoint a l’intention de contester le jugement de première juridiction, le délai d’appel est d’un mois après le prononcé du jugement, l’appel peut faire l’objet d’un appel dans les deux mois suivant la décision d’appel.

Quant au divorce par consentement mutuel, les délais d’appel et d’appel sont plus courts, c’est-à-dire 15 jours pour les deux.

Le divorce par consentement mutuel représente plus de la moitié des divorces, mais si l’on ne peut pas convenir des procédures à suivre, parfois longues, complexes et coûteuses, il est nécessaire que ce processeur prédise.

Show Buttons
Hide Buttons